Sénégal

Le Sénégal est un pays partenaire de la Coopération belge. La coopération entre la Belgique et le Sénégal date du 1er juillet 1968 déjà.

Le Sénégal est une république démocratique relativement stable en Afrique de l’Ouest, mais ce pays demeure l'un des plus pauvres au monde (166e dans le Human Development Index 2009 du PNUD).
Presque 60% des ménages ruraux sont pauvres. Les régions de Kaolack, Diourbel, Fatick et Kaffrine, communément appelées le bassin arachidier, figurent parmi les régions les plus touchées par la pauvreté. C’est là que la Coopération belge concentre ses activités.
La CTB est active dans deux secteurs importants : celui de l'eau et de l'assainissement, d’une part, et celui de la santé, d’autre part.

Eau et assainissement

Le Sénégal a développé un Programme national Eau Potable et Assainissement pour le Millénaire (PEPAM). Son objectif est d’atteindre en 2015 un taux de couverture en eau potable en milieu rural de 82% (contre 64% en 2004).

L’action de la CTB dans le bassin arachidier s’inscrit dans ce programme sénégalais. Elle vise la réalisation, la réhabilitation et l’équipement de sites de forage en milieu rural ainsi que l’amélioration et le renforcement de points d’eau. En totalité, ce ne sont pas moins de 84 sites de forage, gérés par 83 associations d’usagers des forages (ASUFOR) et touchant plus de 500 villages, qui seront construits. Ainsi, 420.000 personnes auront, pour la première fois, accès à l’eau potable.
Le volet assainissement dans le bassin arachidier conduira à la construction de 100 édicules publics et de 3.000 latrines familiales, qui contribueront à améliorer l’hygiène de 30.000 personnes.

Santé

Dans le domaine de la santé, la CTB appuie le Ministère de la Santé et de la Prévention médicale dans la mise en œuvre du Plan National de Développement Sanitaire, particulièrement face à la sous-utilisation des services de santé relevée dans le bassin arachidier.

L’objectif des actions est double : d’une part, garantir à quelque deux millions de personnes habitant les trois régions d’intervention un accès facile aux soins de santé. Cela pourra se faire notamment à travers la revitalisation des structures de santé à la base (remise aux normes des postes de santé), l’extension des prestations offertes par le premier niveau de référence (hôpitaux de district) et l’élargissement de la couverture du risque maladie (mutuelles de santé).

D’autre part, la collaboration belgo-sénégalaise veut améliorer la qualité des soins de santé au niveau du fonctionnement, de la planification et de l’organisation.

Ces activités dans le bassin arachidier sont mises à contribution pour développer des stratégies de santé publique en vue d'un passage à l’échelle dans d'autres régions du pays.