Niger

Le Niger est un pays partenaire de la coopération belge au développement. Le partenariat entre les deux pays remonte à 1970. Avec la France et l’Allemagne, la Belgique est l’un des plus importants donateurs européens du Niger.

Le Niger fait 40 fois la taille de la Belgique. Deux tiers de la surface du pays sont recouverts par le Sahara. Ses 14 millions d’habitants vivent en majorité dans le sud du pays, le long du fleuve Niger.

Le pays a connu au cours de la dernière décennie des cycles de sécheresse répétée, une forte avancée du désert, une baisse des cours de l’uranium et une instabilité politique récurrente. Autant de facteurs défavorables qui font du Niger l’un des pays les plus pauvres au monde. 61% de la population vit dans l’extrême pauvreté ; le revenu national par habitant est inférieur à 200 USD. Moins de la moitié de la population (43%) a accès à l’eau potable. Le taux d’alphabétisation des adultes est de 29% (dont 43% pour les hommes et 15% pour les femmes).

C’est pour améliorer les conditions de vie de la population que le Gouvernement du Niger a adopté, en janvier 2002, une stratégie de réduction de la pauvreté. La révision de cette stratégie, en octobre 2007, a donné lieu à la stratégie de développement accélérée et de réduction de la pauvreté, qui est le cadre de référence de la politique économique, financière et sociale du pays.

L’objectif principal de cette stratégie est d’atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement, notamment celui de réduire de moitié l’incidence de la pauvreté à l’horizon 2015.

Programme de coopération 2009-2012

La Belgique met à disposition 52 millions d’euros pour la période 2009-2012.

L’aide gouvernementale belge est axée sur deux secteurs:

  • le développement rural (élevage, sécurité alimentaire et genre)
  • les soins de santé.

Le développement rural et les soins de santé sont des domaines dans lesquels la Belgique a beaucoup d’expérience. En outre, le Niger a développé pour ces secteurs des stratégies spécifiques, sur lesquelles l’aide belge est ciblée.

Dans la mise en oeuvre des projets, la Belgique recherche l’harmonisation avec les autres donateurs, en particulier avec les agences danoise et luxembourgeoise. L’appropriation constitue également un point d’attention important. Les institutions compétentes nigériennes portent de plus en plus elles-mêmes la responsabilité quand il s’agit de définir la stratégie et la mise en oeuvre des activités.