Mali

Le Mali est un pays partenaire de la coopération belge. Présente depuis une vingtaine d’années, la Belgique y a continuellement augmenté son aide au développement.

Déterminée à contribuer activement à la réalisation des Objectifs du Millénaire, la Belgique s’est fermement engagée aux côtés de l’État malien dans la lutte contre la pauvreté. Pour mener ces engagements, la coopération belge au Mali a décidé de se concentrer principalement dans deux domaines :

  • le développement rural et la sécurité alimentaire ;
  • l’appui à la réforme de décentralisation et de déconcentration lancé par le Mali en 1993.

Le Mali, 5e État le plus pauvre de la planète selon les Nations Unies (2009), est un pays sahélien, sans accès à la mer, qui s’est trouvé confronté à une succession de périodes de sécheresse ces trois dernières décennies.

Les conséquences directes de ces catastrophes naturelles ont été des pertes énormes de la production locale agricole et un appauvrissement drastique de la population.
Le projet de sélection et de multiplication du zébu Azawak au nord du pays a, par exemple, permis à plus de 355 familles de reconstituer un cheptel de zébus, sources premières de leur économie. De même, un projet à Tombouctou vise à renforcer la production, la transformation et la commercialisation du blé, produit local dans l'optique de revitaliser l’économie régionale.

L’appui à la réforme de décentralisation et de déconcentration est le second axe de concentration de la coopération belge au Mali. L’octroi de plus de responsabilités et de moyens aux collectivités territoriales est crucial pour l’ancrage de la démocratie, le développement local et la lutte contre la pauvreté. Présente dans la région de Koulikoro, la CTB renforce les capacités des élus locaux et de leur administration au travers de formations et d’un encadrement à la gestion des affaires courantes. Elle finance également une série d’équipements usuels et d’infrastructures nécessaires au bon fonctionnement de l’autorité décentralisée. La finalité de cette réforme nationale, à laquelle la Belgique s’est associée, consiste à permettre aux collectivités territoriales d’être capables de répondre au plus près aux besoins quotidiens de la population.

Avec son expertise ciblée, la CTB intervient également dans d’autres domaines d’activités dans des secteurs variés, tels que l’accès à l’eau potable, la santé, le désarmement et la consolidation de la paix dans les régions du Nord, l’éducation ou encore l’assainissement de la ville. Dans ce dernier domaine par exemple, la CTB a mené une politique complète de ramassage, tri, destruction et recyclage des déchets dans la ville de Sikasso. La mise sur pied d’un système de ramassage des ordures, l’installation de poubelles en ville et la construction d’une décharge publique, unique dans toute l’Afrique de l’Ouest, visent à garantir un environnement assaini à la population.

Outre les projets et programmes financés par la Belgique, la CTB exécute également des activités financées par d’autres bailleurs de fonds, comme l’Union européenne, pour qui elle apporte une assistance technique dans les projets de développement économique des régions du Nord. Elle met également en œuvre des chantiers de construction de ponts financés par la République de Chypre.