La coopération belge au développement

La loi belge de 1999 sur la coopération internationale fixe les objectifs et les priorités de la Coopération belge au développement. 

Le contexte international constitue lui aussi une sorte de fil rouge dans le travail de la CTB : citons, à titre de principaux exemples, les Objectifs du Millénaire pour le Développement des Nations unies et la Déclaration de Paris sur l'harmonisation et l'alignement de l'aide.

Objectif de la Coopération belge

La Coopération belge au développement est axée sur le développement humain durable. Elle ambitionne d'atteindre cet objectif en luttant contre la pauvreté et en appuyant la consolidation de la démocratie et de l'État de droit.

Priorités

L'aide belge se focalise sur un certain nombre de pays, secteurs et thèmes. Les pays partenaires sont choisis parce qu'ils font partie des pays les plus pauvres au monde ou parce que la Belgique y possède une expérience de plusieurs années sur le plan de la coopération au développement.

Pays partenaires

Afrique du Sud, Algérie, Bénin, Bolivie, Burundi, Équateur, Mali, Maroc, Mozambique, Niger, Pérou, RD du Congo, Rwanda, Sénégal, Tanzanie, Territoires palestiniens, Ouganda, Vietnam.

La loi belge de 1999 sur la coopération internationale définit les secteurs et thèmes suivants :

  • Soins de santé de base, enseignement et formation, agriculture et sécurité alimentaire, infrastructure de base, bonne gouvernance.
  • Égalité des chances entre femmes et hommes, préservation de l'environnement, économie sociale, lutte contre le sida, droits des enfants.

Objectifs du Millénaire

Au début du nouveau millénaire (2000), la communauté internationale a décidé de s'engager dans la lutte contre la pauvreté. Dans la Déclaration du Millénaire, 191 États membres des Nations Unies se sont engagés à réaliser 8 objectifs d'ici à 2015, en l'occurrence : les Objectifs du Millénaire pour le Développement. >>

Déclaration de Paris

En mars 2005, plus de 100 représentants de pays donateurs (dont la Belgique), d'organisations internationales et de pays en développement ratifient la Déclaration de Paris. Celle-ci stipule de quelle manière l'efficience de l'aide occidentale peut être améliorée en termes d'organisation dans l'optique d'accroître son impact.

Plan d'action d'Accra

En septembre 2008 se tient une réunion de suivi dans la capitale ghanéenne d'Accra. Des représentants de pays donateurs et en développement, d'organisations internationales et d'ONG y évaluent les progrès accomplis depuis Paris. Ils prennent des mesures destinées à accélérer encore l'application de la Déclaration de Paris.